Les enjeux écologiques de La Rosière

Quelles mesures avons-nous prises pour limiter l'impact environnemental sur le projet du Mont-Valaisan ?

Lorsque nous parlons « environnement », notons qu’il s’agit bien ici de parler de la faune et de la flore de nos montagnes. Beaucoup d’espèces, qu’elles soient végétales ou animales sont protégées et dans le cadre du projet du Mont-Valaisan, le Domaine Skiable de la Rosière a mis en place de nombreuses actions pour préserver ces espèces qui, pour certaines, font partie de l’identité de notre si belle région. 

image

Qui protégeons-nous ?

Les Amphibiens

Pour éviter la perturbation et l’écrasement des espèces de grenouilles rousses par les engins de travaux, le Domaine Skiable de La Rosière a installé des barrières à amphibiens sur les zones humides à proximité des secteurs de travaux.  

 

image

Les crossopes de Miller

Pour suivre la présence du crossope (en d’autre terme, une petite musaraigne) autour du secteur du projet, une trentaine de petits tubes en plastique ont étés disposés le long des cours d’eau afin de recueillir d’éventuelles crottes ou traces de passages. Celles–ci pouvaient nous confirmer la présence de cette espèce. 

Résultat de cette étude : les appâts étaient intacts, ce qui suppose qu’il n’y a eu aucun passage des crossopes dans ces tubes. Au final, la présence du crossope n’a donc pas pu être mise en évidence. Néanmoins, le protocole reste maintenu avec un suivi biannuel sur 10 ans.

 

image

Les lézards des murailles

La détection de cette espèce est difficile et aléatoire. Son suivi se fera par simple observation directe à 2 reprises lors des périodes de reproduction, et ce, tous les ans jusqu’en 2021 puis en 2023 et 2026. 

 

image

L'avifaune nicheuse

En 2018/2019, les travaux du Mont-Valaisan se sont achevés et un suivi d’abondance des populations d’oiseaux nicheurs a alors été mis en place afin d’analyser les indices de présence des espèces.

 

image

Les tétras-lyre 

Concernant le boisement des zones de montagne, la tendance actuelle est à la fermeture naturelle du milieu avec l aprogression des friches et de la forêt. Cette dernière influe négativement sur l’abondance d’insectes. Or, les insectes sont la nourriture principale des poussins de tétras-lyre. Le Domaine Skiable de La Rosière a alors mis en œuvre des opérations de débroussaillage afin d’éviter la fermeture naturelle du milieu et aussi de permettre aux tétras-lyre de nourrir leurs poussins.  

 

image

Quelles espèces florales préservons-nous ?

Le lycopode des Alpes

Les plus belles populations de lycopode sont en Tarentaise. Cette espèce est intégralement protégée en France. 
Afin de la préserver au mieux, une opération spécifique a été mise en œuvre avant les travaux d’extension du Mont-Valaisan : il s’agit de la technique de l’étrépage. Elle se déroule selon plusieurs étapes : 

1.  Avant de commencer le processus d’étrépage, nous avons dû vérifier la présence du lycopode aux abords du chantier du Mont-Valaisan.
2.  Une fois l’espèce identifiée nous avons balisé le périmètre. 
3.  Nous avons par la suite trouvé des sites « receveurs ». 
4.  L’étrépage a alors pu commencer : il s’agissait d’enlever les mottes de terre contenant le lycopode ainsi que son appareil racinaire puis de le replanter dans les sites receveurs. 
Par ce procédé, l’espèce a été protégée et est amenée à se reproduire.

 

Protection des zones humides 

Du fait du chantier du Mont-Valaisan, le Domaine Skiable de La Rosière a dû prendre certaines mesures pour protéger les zones humides. En voici une liste « non-exhaustive » :

- les travaux ont dû éviter les zones humides et les sols hydromorphes de proximité (un sol qui régulièrement sature en eau).
- un soin tout particulier a été pris dans le choix des engins de chantier. Pour une meilleure préservation des zones humides, le Domaine Skiable de La Rosière a décidé de travailler avec une pelle mécanique au lieu d’un bulldozer par exemple.  
- le cheminement des engins de chantiers a été identifié et délimité sur le terrain. 
- la durée des travaux a été limitée au strict minimum et l’occupation de l’espace, au strict nécessaire. 

 

image

Reverdissement 

Un état des lieux a été dressé en 2015 par le Domaine Skiable de La Rosière et a abouti à la mise en place d’un plan de revégétalisation entre plusieurs acteurs de la montagne notamment les agriculteurs locaux et la Commune de Montvalezan. 

Un plan de circulation 4x4 et des opérations de ramassage des déchets de tonte ont alors été réalisés. De plus, il était important d’amender les sols avec du fumier pour améliorer la végétalisation des pistes. Par ailleurs, les agriculteurs sont régulièrement informés des travaux réalisés en inter-saison.

 

image


Protection sur les câbles de télésièges et téléskis


Le Domaine Skiable de La Rosière a procédé à l’installation d’un système de visualisation afin de rendre les câbles des remontées mécaniques plus visibles par les tétras-lyre, et ce depuis 1999. Ce dispositif a en effet pour but d’éviter à cette espèce, et au reste de l’avifaune, toute collision mortelle. 
D’anciens câbles ou réseaux (câble transporteur désaffecté qui servait à la carrière de Lauze de Roche Enverse par exemple, réseau électrique aérien aux alentours du télésiège du Fort) ont été supprimés ou enterrés afin de garder cette harmonie entre infrastructure et nature. 

 

image

Journée de ramassage des déchets sur le domaine skiable

Une fois par an, à la fin du mois de juin, nous consacrons une ½ journée au ramassage des déchets, accompagnés de toutes les bonnes volontés qui souhaitent, comme nous, nettoyer et préserver nos montagnes des déchets.
 

Le Domaine Skiable de la Rosière met à votre disposition : 

  • des cendriers de poche gratuits, sur demande aux caisses, aux départs de remontées mécaniques, aux postes de secours, ...
  • des boîtes de recyclage pour récupérer vos supports de forfaits périmés sur les fronts de neige ou chez nos partenaires.


Merci de respecter le monde qui vous entoure
 

image